exibições 1.017

Le paradis blanc

Michel Berger


Il y a tant de vagues et de fuméeQu'on arrive plus à distinguerLe blanc du noirEt l'énergie du désespoirLe téléphone pourra sonnerIl n'y aura plus d'abonnéEt plus d'idéeQue le silence pour respirerRecommencer là où le monde a commencéJe m'en irai dormir dans le paradis blancOù les nuits sont si longues qu'on en oublie le tempsTout seul avec le ventComme dans mes rêves d'enfantJe m'en irai courir dans le paradis blancLoin des regards de haineEt des combats de sangRetrouver les baleinesParler aux poissons d'argentComme, comme, comme avantY a tant de vagues, et tant d'idéesQu'on arrive plus à déciderLe faux du vraiEt qui aimer ou condamnerLe jour où j'aurai tout donnéQue mes claviers seront usésD'avoir oséToujours vouloir tout essayerEt recommencer là où le monde a commencéJe m'en irai dormir dans le paradis blancOù les manchots s'amusent dès le soleil levantEt jouent en nous montrantCe que c'est d'être vivantJe m'en irai dormir dans le paradis blancOù l'air reste si purQu'on se baigne dedansA jouer avec le ventComme dans mes rêves d'enfantComme, comme, comme avantParler aux poissonsEt jouer avec le ventComme dans mes rêves d'enfantComme avant

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog