À l'ombre du coeur de ma mie

Georges Brassens


A l'ombre du cœur de ma mieUn oiseau s'était endormiUn jour qu'elle faisait semblantD'être la Belle au bois dormantEt moi, me mettant à genouxBonnes fées, sauvegardez-nousSur ce cœur j'ai voulu poserUne manière de baiserAlors cet oiseau de malheurSe mit à crier " Au voleur "" Au voleur " et " A l'assassin "Comm' si j'en voulais à son seinAux appels de cet étourneauGrand branle-bas dans LanderneauTout le monde et son père accourtAussitôt lui porter secoursTant de rumeurs, de grondementsOnt fait peur aux enchantementsEt la belle désabuséeFerma son cœur à mon baiserEt c'est depuis ce temps, ma sœurQue je suis devenu chasseurQue mon arbalète à la mainJe cours les bois et les chemins

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog