Les copains affligés, les copines en pleursLa boîte à dominos enfouie sous les fleursTout le monde équipé de sa tenue de deuilLa farce était bien bonne et valait le coup d'œilLes quat'z'arts avaient fait les choses comme il fautL'enterrement paraissait officiel. Bravo!Le mort ne chantait pas : "Ah ! c'qu'on s'emmerde ici!"Il prenait son trépas à cœur, cette fois-ciEt les bonshomm's chargés de la levée du corpsNe chantaient pas non plus "Saint-Eloi bande encor !"Les quat'z'arts avaient fait les choses comme il fautLe macchabée semblait tout à fait mort. Bravo !Ce n'étaient pas du tout des filles en tutuAvec des fess's à claque et des chapeaux pointusLes commères choisies pour les cordons du poêleEt nul ne leur criait: "A poil ! A poil ! A poil !"Les quat'z'arts avaient fait les choses comme il fautLes pleureuses sanglotaient pour de bon. Bravo !Le curé n'avait pas un goupillon facticeUn de ces goupillons en forme de phallusEt quand il y alla de ses de profondisL'enfant de chœur répliqua pas morpionibusLes quat'z'arts avaient fait les choses comme il fautLe curé venait pas de Camaret. Bravo !On descendit la bière et je fus bien déçuLa blague maintenant frisait le mauvais goûtCar le mort se laissa jeter la terr' dessusSans lever le couvercle en s'écriant "Coucou !"Les quat'z'arts avaient fait les choses comme il fautLe cercueil n'était pas à double fond. Bravo !Quand tout fut consommé, je leur ai dit : "MessieursAllons faire à présent la tournée des boxons !"Mais ils m'ont regardé avec de pauvres yeuxPuis ils m'ont embrassé d'une étrange façonLes quat'z'arts avaient fait les choses comme il fautLeur compassion semblait venir du cœur. Bravo !Quand je suis ressorti de ce champ de navetsL'ombre de l'ici-gît pas à pas me suivaitUne petite croix de trois fois rien du toutFaisant, à elle seul', de l'ombre un peu partoutLes quat'z'arts avaient fait les choses comme il fautLes revenants s'en mêlaient à leur tour. Bravo !J'ai compris ma méprise un petit peu plus tardQuand, allumant ma pipe avec le faire-partJ'm'aperçus que mon nom, comm' celui d'un bourgeoisOccupait sur la liste une place de choixLes quat'z'arts avaient fait les choses comme il fautJ'étais le plus proch' parent du défunt. Bravo !Adieu ! les faux tibias, les crânes de cartonPlus de marche funèbre au son des mirlitonsAu grand bal des quat'z'arts nous n'irons plus danserLes vrais enterrements viennent de commencerNous n'irons plus danser au grand bal des quat'z'artsViens, pépère, on va se ranger des corbillards

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog