Depuis que nous avons quitté ParisEt que tu rêves d'être en ItalieTu déclenches une vraie révolutionQuand tu apparaisLes filles s'arrachent ton blouson doréSe précipitent pour mieux t'embrasserEt toi, tu croules sous leurs baci, leurs baisersRegarde-moiAu lieu d'accepter comme çaDes tas de baci, baci, baci, baciRegarde-moiTu disparais dans leurs brasEt tu te laisse avec joieCouvrir de baci, baci, baci, baRegarde-moiJe n'existe plus pour toiDevant leurs baci, baci, baci, baciRegarde-moiTu ne me vois plus déjàJe suis séparée de toiParmi leurs baci, baci, baci, baSi toutes ces filles te voyaient le matinLes yeux bouffis dans notre salle de bainTe battre chaque jour contre une balanceElles rigoleraient bienÀ la maison tu ne tiens pas deboutMais le soir devant elles tu fais la roueCe qui m'énerve c'est que ça marcheÀ tous les coupsRegarde-moiAu lieu d'accepter comme çaDes tas de baci, baci, baci, baciRegarde-moiTu disparais dans leurs brasEt tu te laisse avec joieCouvrir de baci, baci, baci, baRegarde-moiJe n'existe plus pour toiDevant leurs baci, baci, baci, baciRegarde-moiTu ne me vois plus déjàJe suis séparée de toiParmi leurs baci, baci, baci, baLa la la la, la la la la la la laLa la la Baci, baci, baci, baciLa la la la, la la la la la la laLa la la la la la la la la la Baci, baci, baci, baLa la la la, la la la la la la laLa la la la, la la la la la la la

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog