La petite de Calmette

France Gall


Dans les ruines des ambassadesTraîne le parfum amer et fadeDe la poudre qui parle pour rienEt des chagrins de Phnom PenhDans les boutiques des chinoisLes néons s'allument encore une foisLes orphelins toujours deboutAttendent qu'on les aimeEt vendent aux passantsLes images d'avantLa petite de Calmette s'endortAvec les marques sur son corpsDes derniers combats de la route du NordSi la petite de Calmette s'en sortC'est que les "blouses blanches" seront plus fortsQue tous les démons des temples d'AngkorEt que les anges de la mortL'histoire est toujours la mêmePartout comme à Phnom PenhL'homme est un loup pour l'hommeIl faut vraiment de la veinePour survivre à la haineL'homme est l'ennemi mortel de l'hommeDans les jardins des hôtelsLes souvenirs des temps anciensEt les herbes folles s'amoncellentSur les blessures de Phnom PenhLes petites danseuses légèresCourbent lentement leurs mainsDans la tradition millénaireDu peuple KhmerLa pureté renaîtDe ce geste fierLa petite de Calmette s'endortAvec les marques sur son corpsDes derniers combats de la route du NordSi la petite de Calmette s'en sortC'est que les "blouses blanches" seront plus fortsQue tous les démons des temples d'AngkorEt que les anges de la mortL'histoire est toujours la mêmePartout comme à Phnom PenhL'homme est un loup pour l'hommeIl faut vraiment de la veinePour survivre à la haineL'homme est un criminel pour l'homme

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog