Il y a dans l'air que l'on respireComme une odeur comme un malaise.Tous les rats s'apprêtent à partir.Ne vois-tu rien de ta falaise ?Il y a dans les studios-déliresComme un vieux son de Carmagnole.Sœur Anne, si tu n'vois rien venir,Ou tu es sourde, ou tu es folle.Il y a dans les années qui viennentComme un retour au vent d'histoire,Un vieux partisan dans la plaine,Croissant de lune et drapeau noir.Le vent ne sait plus où il souffle.Ça tourbillonne ça rend colère,Le cul posé entre deux gouffresBeaucoup plus profonds que la mer.Rigolez pas, mes camarades.La débandade,C'est pour demain.Rigolez, pas mes camarades.La débandade,C'est pour demain.J'ai des voyages en cavalcades,Billet d'avion, chemin de fer.Je sens monter des barricadesComme des cailloux dans mes artères.Je tourne en rond dans ma caverne,Moitié furieux, moitié soumisAvec en prime à ma lanterneUne tristesse indéfinie.Rigolez, pas mes camarades.La débandade,C'est pour demain.Rigolez, pas mes camarades.La débandade,C'est pour demain.A la fin des journées qui passent,Quand on est seul, quand ça va mieux,Lorsqu'on remet nos rêves en place,Qu'on s'imagine vingt ans plus vieux,Quels sont les hommes qui pourront dire :"On a fait ce qu'on a voulu." ?Sœur Anne, si tu n'vois rien venir,C'est plus la peine : on est foutus.Rigolez, pas mes camarades.La débandade,C'est pour demain.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog