J'ai eu l'instituteur qui, dans les rois de France,N'a vu que des tyrans aux règnes désastreuxEt celui qui faisait du vieil Anatole FranceUn suppôt de Satan parce qu'il était sans dieu.J'ai fait les deux écoles et j'ai tout oublié,La nuit des carmagnoles, la fin des Assemblées,Les dieux de l'Acropole et les saints baptisés.J'étais des deux écoles et ça n'a rien changé.Dans le Lot-et-Garonne,On bouffait du curé.On priait la Madone,Le dimanche en Vendée.Des cailloux de ProvenceAux châteaux d'Aquitaine,On chantait la Durance,On pleurait la Lorraine.Dans le Rhône et l'Essonne,On chassait les abbés.On plantait en ArgonneDes croix de Saint-André.Des sommets du JuraAux jardins de Touraine,On pleurait la Savoie,On chantait la Lorraine.Je veux que mes enfants s'instruisent à mon écoleS'ils ressemblent à quelqu'un, autant que ce soit moi.Après ils s'en iront adorer leurs idolesEt vivre leur destin où bon leur semblera.Cette sacrée République qui dit oui, qui dit non,Fille aînée de l'Eglise et de la Convention,Elle serait bien heureuse que ses maîtres la laissentLibre de faire l'amour et d'aller à la messe.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir
Composição: Jacques Revaux / Michel Sardou / Pierre Delanoë. Essa informação está errada? Nos avise.

Posts relacionados

Ver mais no Blog