J'entends jouer l'orchestre d'un paquebot qui sombre,Entraînant notre histoire et la mémoire des vieux.Où sont les étonnés, les jaloux, les peureux ?Où sont les insolents, les rusés, les heureux ?Où sont les hommesDes chemins qui menaient à Rome ?Enfants du néant, du hasardEt d'un cri d'amour quelque part,Retenus par le temps qui dureAu fond d'une prison sans murs.Je sais que le ciel ne m'attend pas.Ni Dieu ni Diable, mais au-delà,Une idée folle, une idée d'hommesDe ceux qui s'en allaient à Rome.J'entends jouer l'orchestre d'un paquebot qui sombre,Entraînant notre histoire et la mémoire des vieux.Où sont les résignés, les errants, les curieux ?Où sont les indignés, les violents, les furieux ?Où sont les hommes ?Nous sommes des passants illusoiresSur des chemins qui vont nulle part,Retenus par des liens obscursA des éternités futures.Je sais que le ciel n'est pas si haut.Ni bien ni mal, ni laid ni beau,Une idée folle, une idée d'hommesDe ceux qui s'en allaient à Rome.J'entends jouer l'orchestre d'un paquebot qui sombre,Entraînant notre histoire et la mémoire des vieux.Où sont les étonnés, les jaloux, les peureux ?Où sont les insolents, les rusés, les heureux ?Où sont les hommesDes chemins qui menaient à Rome ?

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog