Dans tes silences se dessinentDes Africaines abyssinesDans tes mutismes, ton délireVa de l'Angola au ZaïreBambou voyage par la penséeElle est près de moi mais m'a déjà quittéTous les silences de BambouHurlent dans ma tête et me rendent fouDans tes yeux absents se dévoilentDes fièvres aux moiteurs tropicalesQuand tes pupilles se dilatentL'eau trouble des étangs s'y miroiteLa saison des pluies est passéeBambou ne pleure plus, elle s'est vite consoléeTous les silences de BambouHurlent dans ma tête et me rendent fouTu es désert BambouEt jungle BambouForêt de BambouEt coups de BambouDans te silences se dessinentDes Africaines abyssinesDans tes commotions cérébralesJe vois l'Afrique équatoriale

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir