Et j'écoutais longtemps couler l'eau des fontaines
Et j'écoutais le vent chanter infiniment
Vagues de quietude et de paix
D'aussi loin que je me souvienne
L'enfance est un immense ocean

Et je rêvais longues années, longue indolence
Ou rien ne se passe mais ou rien ne s'oublie
J'allais sereine et sans connaître
Le moindre feu d'une absence
Ce n'est qu'en te croisant que j'ai su, j'ai compris

J'attendais, j'attendais
J'attendais ton regard
Pour expliquer enfin
Le pourquoi de ces au revoir
A tout ce long chemin

J'attendais, j'attendais
Le pays de ton corps
Le toucher de tes mains
Ma douce boussole mon nord
Le sens a mes demains

Et j'abordais les troubles rives adolescentes
Les doutes, les jeux, les mauvais courants
Je me souviens les coups de sang
Des musiques et des mots de France
Amants d'avant

Y'a bien des vies qu'on nourrit d'etude ou de science
Destins faits d'aventures, de records ou d'argent
Des vies d’écriture et de voyage ou de rêve de puissance
J'y pensais bien de temps en temps
En écoutant le vent

J'attendais, j'attendais
J'attendais ton regard
Pour expliquer enfin
Le pourquoi de ces au revoir
A tout ce long chemin

J'attendais, j'attendais
J'attendais ton amour
Ton beau ton bel amour
Je l'attendais pour enfin vivre
En donnant a mon tour

J'attendais

Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir
Composição: Jean-Jacques Goldman. Essa informação está errada? Nos avise.
Traduzida por Rúbia. Revisões por 3 pessoas . Viu algum erro? Envie uma revisão.

Posts relacionados

Ver mais no Blog