Poussière, poussière

Chedid Louis


Qu'on soit star,Hollywood BoulevardOu anonyme,Jamais pris dans les castings,Pauvre comme Job,Pain noir, bidonvillesOu riche comme Crésus,Riviera, piscine,Qu'on soit né dans les choux ou dans les roses,Qu'on devienne quelqu'un ou pas grand-chose,Quatre planches et des clous, bois de sapinOu tout en acajou doublé de satin,Poussière, poussière.On s'retrouve tout seul à la fin,Tout l'monde pareil,Devant le soleil qui s'éteint,A la même enseigne, tous les mêmes enfin.Qu'on soit black de peau, qu'on soit blanc, qu'on soit jauneQu'on parle l'eskimo ou l'indien d'Amazone,Qu'on mange avec ses doigts ou avec une fourchette,Qu'on croie en Dieu, Bouddha, Mahomet,Quels que soient le langage, les coutumes,On est tous de passage, potentiellement posthumes,Poussière, poussière.On s'retrouve tout seul à la fin,Tout l'monde pareil,Devant le soleil qui s'éteint,A la même enseigne, tous les mêmes enfin.Dans ce monde sans âmeOù l'homme est un loup pour l'homme,La seule égalité, la seule morale en somme,Poussière, poussière.On s'retrouve tout seul à la fin,Tout l'monde pareil,Devant le soleil qui s'éteint,A la même enseigne, tous les mêmes enfin.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog