C'est une rousse affriolanteLa belle marchande de poissonsElle a les mains un peu collantesEt le teint hâlé d' un vieux pêcheur bretonEt tous les jours il la contempleDécongelant ses maquereauxIl écoute sa voix qui l'enchantePlus douce qu'un violon alto"A la moule à la moule,Elle est belle, elle est fraîche, ma moule !""Oh, ça m'tue !Le jour j'en rêve, la nuit j'en crèveComment lui dire qu'j'en peux plus ?"Car cette rousse impénétrableNe vit qu'à l'heure de la maréeSes denrées sont si périssablesQu'elle n'a jamais une minute à lui consacrerMais quelle conscience de poissonnièreElle soigne toujours ses bons clientsQuand ils font un peu d'urticaireElle rajoute un citron gratuitement"A la moule à la moule,Elle est belle, elle est fraîche, ma moule !""Oh, ça m'tue !Elle sent le large, l'iode et les algues,Comment lui dire qu'j'en peux plus ?""Oh vous ma rousse ininflammableOubliez donc vos bigorneauxMon amour est plus délectableQue la plus belle moule de Hollande ou de Bouchaux"De sa jolie voix caressante,Elle lui dit : "J'vois c'que vous avezMangez d'la plie ou d'la limandeC'est très bon pour les décalcifiés""Oh! Je pêche dans les eaux troublantesDe l'incommunicabilité."

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir