Géantes ces murailles bâties de pierres et de sangPlus hautes que les batailles, défiant le poids des ansAujourd'hui quatre vents feraient s'envoler ses toursEt l'on jurait avant que ça durerait toujoursCorons, terrils au nord, litanie des paysagesAux vivants comme aux morts, la mine histoire et langageCe charbon peine et chance, chaque mineur l'a vécuMais un jour ce silence, oh pas un ne l'aurait cruEt j'avais fait des merveilles en bâtissant notre amourEn gardant ton sommeil, en montant des murs autourMais quand on aime on a tort, on est stupide, on est sourdMoi j'avais cru si fort que ça durerait toujoursJ'avais cru si fort que ça durerait toujours

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog