Les lueurs immobiles d'un jour qui s'achèveLa plainte douloureuse d'un chien qui aboieLe silence inquiétant qui précède les rêvesQuand le monde disparu l'on est face à soiLes frissons où l'amour et l'automne s'emmêlentLe noir où s'engloutissent notre foi nos loisCette inquiétude sourde qui coule en nos veinesQui nous saisit même après les plus grandes joiesCes visages oubliés qui reviennent à la chargeCes étreintes qu'en rêve on peut vivre cent foisCes raisons-là qui font que nos raisons sont vainesCes choses au fond de nous qui nous font veiller tardCes raisons-là qui font que nos raisons sont vainesCes choses au fond de nous qui nous font veiller tardCes paroles enfermées que l'on n'a pas su direCes regards insistants que l'on n'a pas comprisCes appels évidents ces lueurs tardivesCes morsures aux regrets qui se livrent à la nuitCes solitudes dignes au milieu des silencesCes larmes si paisibles qui coulent inexpliquéesCes ambitions passées mais auxquelles on repenseComme un vieux coffre plein de vieux jouets cassésCes liens que l'on sécrète et qui joignent les êtresCes désirs évadés qui nous feront aimerCes raisons-là qui font que nos raisons sont vainesCes choses au fond de nous qui nous font veiller tardCes raisons-là qui font que nos raisons sont vainesCes choses au fond de nous qui nous font veiller tard

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog