De mes tristesses me reste un grand manteauQui laisse passer le froidDe ces lambeaux de jeunesse un vieux chapeauQui ne me protège pasJe sais mieux choisir un chemin,Me méfier d'une mainTu vois je ne sais rienLe temps qui passe ne guérit de rienNatachaToi tu le sais bienDe mille ans de froid, de toundraDe toutes ces Russies qui coulent en toiDe trop d'hivers et d'espoirs et d'ivresseAu chant des BalalaïkasTu dis qu'on a peur et qu'on glisse en ses peursComme glissent les nuits de ViatkaDans chacun de tes baisers NatachaC'est tout ce qui m'attache à toi

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog