Il m'avait gentiment manché dos pesosDans la fraîcheur fragile de la cantinaMoi je mangeais tout en lisant Dos PassosEn compagnie d'une bouteille de tequilaLe soleil chassait l'ombre sous les portes cochèresJ'aurais troqué de l'or contre un bainFaut dire que d'ici à Manhattan TransferÇa fait déjà un sacré bout de cheminIl nous était venu un matin ordinaireCertains disent à pied d'autres en brûlant le trainLes heures mouraient lentement sous la lumièreLes chiens battus, vautrés, ne pensaient plus à rienIl a posé sur moi son regard délavéOn aurait bien dit qu'il cherchaitA coller bout à bout les morceaux de ma vieA dépoussiérer mon oubliOù es-tu maintenant ? Echappé je l'espèreDe ta longue saison en enfer{2x}Le grand plafond sinistre avec ses moulures bleuesAbritait des clients empressés et fiévreuxIl sacrifiaient leur fric aux dés, au bonneteauOù seul finalement l'ennui gagnait grosOn a mis en commun nos rêves égarésEt nos bottes usées d'arpenterLes chemins défoncés, les bitumes vieillisNos projets d'amour engloutisRaconte-moi tes jours et comment va le tempsAccroché au-dessus du volcan{2x}Où es-tu aujourd'hui compagnon de misèreTout habillé d'espoir, tout ganté de tendresseT'élances-tu toujours à l'assaut des poussièresEternel voyageur d'un bateau en détresseAs-tu enfin trouvé la fille aux cheveux clairsDans sa robe à fleurs impriméeQuand j'y pense c'est bien vrai que Manhattan TransferÇa n'est pas la porte à côtéMoi je n'attend plus rien, brisé par l'habitudeJe viens d'avoir cent ans de solitude{2x}

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog