Boulevard du crépusculeIl y a des campanulesQui donneraient leurs saisonsPour se voir sur un écranBoulevard de l'OcéanAu numéro mille huit centQuelques filles en léopardViennent parfois rougir le soirBoulevard de l'OcéanA l'abri des innocentsOn se noie dans la musiqueEt dans la bière du MexiqueParfois je voudrais bien glisserSur la céramique ciréeDes piscines bleu électriquePlus bleu que le PacifiqueBoulevard de l'OcéanVous n'y venez plus souventCar qui s'y frotte s'y piqueDans ce monde métalliqueJ'y suis seul à présentEntre le sable et le ventDe l'éventail électriqueD'un climatiseur publicBoulevard de l'OcéanDescendez je vous attendLaissez là votre boutiqueVenez là où le ciel piqueBoulevard de l'OcéanOn se sert, on paye comptantL'amour, le strass et l'oubliNe se prennent pas à créditParfois je voudrais bien glisserSur la céramique ciréeDes piscines bleu électriquePlus bleu que le PacifiqueBoulevard de l'OcéanLa marée revient tout le tempsFaut croire que les habitudesRendent fidèles même les plus rudesBoulevard de l'OcéanAu numéro mille huit centQuelques filles en satin noirViennent chez moi rêver le soirBoulevard du crépusculeIl y a des campanulesQui donneraient leurs saisonsPour se voir sur un écran

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog