J'me sans plus solitaire,Que l'homme des boisRobinson d'un hiver sains feu sans joiePlus de neige en DécembrePlus de jeux dans la chambreOn ne fait que descendre, que descendre, que descendreQue descendre plus bas...Ce n'est pas un secretMais ça n'se dit pasLe mensonge établi devient la loiOn sait tout sans apprendreOn veut tout sans attendreOn ne fait que descendre, que descendre, que descendreQue descendre plus bas...Faudrait qu'on nous oublieQu'on gère plus notre vieQui ne vaut plus rienOn ne demande rienQu'un peu de vraiDu travail pour nos mains, existerFaudrait qu'on nous laisse tranquilleSur notre petite bulle fragileTous ces bienfaits, c'est bien trop cher payéCes p'tits conforts, cas vrais faux décorsToutes ces p'tites mortsA coup de temps fortsTrop fort pour s'aimerTrop fort pour rêver.Il y à trop d'affairesTrop d'hommes de loiEt celui qui espère, n'est qu'un appâtOn nous offre des cendresDes cordes pour se pendreOn ne peut que descendre, que descendre, que descendreQue descendre plus bas...Faudrait vivre autrementFaudrait vivre maintenantRéapprendre l'instantGoûter le tempsEt s'inscrire au présentComme avantOn voudrait de la lumièreSans peur du nucléaireDes forêts, des rivièresDe l'eau, de l'airSans mercure, sans poussièresFaudrait qu'on nous laisse tranquilleDans nos jardins, dans nos îlesSans raisons, sans mobilesMais se sentir utileMais faudrait qu'on nous oublie ...

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog