Sont-ce vos bijoux madameQui vous font si belleSont-ce vos époux madameQui vous faites vos ailesEt ses ailes que vous déployez madamePour enrober tous vos amantsHeureux amants que vous voyait madameSous vos charmes connus avantSont-ce vos émeraudes madameQui vous donne ses yeux vertsEt ces regards qu'on vous maraude madameQui vous met la tête a l'enversPour vous madameQue ne ferai-je pasS'il le fallait madameJe m'occuperais de vos chatsPar vous madameJe me sentirais roiMais oui mais oui madameSi vous pensiez un peu à moiSont-ce vos ranger de perdreCette très adorable poitrineQui font siffler tous ses merlesÀ l'âme malandrineJe vous le jure madameJe ne siffle que pour vousJe vous en conjure madameNe me rendait pas plus fouMais regardez-les madameIl n'on Dieu que pour votre éclatMoi ce qui me plaît madameCe sont vos plus discrets appâtsDonnez-moi la main madameJe vous apprendrai le cha-chaEt priant Dieu que dès demain madameNous le danserons à CubaPour vous madameQue ne ferais-je pasS'il le fallait madameJe m'occuperais de vos chatsPar vous madameJe me sentirais roiMais oui mais oui madameSi vous pensiez un peu à moi

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog