Je suis né au Chili maman était au lit et mon Papaauchi,mais il n'y resta pas car maman le tapa et Papas'épata (Ah !)il lui dit : le fait est que nous allons fêter l'enfantque je t'ai fait."Il but tant de pots tôt qu'il buta à un poteau, ettypez le topo : Maman dans le coma, papa dansle moka et moi ne comme aquo :tout noué tout ténu, tout menu et tout nu, né toutnu ça nous tuecar de mon corps palot le soleil bouffait la peausans vous belle Paula qui de vos mains de fée encette fin de mai me graissates le dercheme....Et je veux rendre à ma façon grâce à votregraisse à masser.Votre saindoux pour le corps c'est ce que mes verspour l'âme sont.De tout ce qu'à ma peau me fites, combien fus-jeépaté de fois !Combien à vous qui m'épates mon bon petit cœurconfies doit !Absolument pas liée à vos voisins de palier, maisn'entendant piailler à poil sur la terrasse sanschapeau tête rase sans que je m'arrêtasseenjambant le balcon en un radical bon voustraitates d'un saleton : ma mère dans le coma,mon père dans le moka qui me laissaient comaco.Sortant je ne sais d'où un morceau de saindouxvous massates soudain ma peau pietre de vosfroids doigts sans rides, vos belles mains;c'est de vos si jolies phalanges ouatéesque vous m'avez oté au citron et aux mich' (oui)...De tout ce qu'à ma peau me fites, combienfus-je épaté de fois !Combien à vous qui m'épates mon bon petit cœurconfus doit !...Et j'ai rendu à ma façon grâce à votre graisseà masser.Votre saindoux pour le corps c'est ce que mes verspour l'âme sont.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog