Sur son lac de brumeSeul, il se tient droitPleurant sous la luneLe dernier roi de la BavièreA perdu sa compagne, hierIl replie son couSur les reflets flousDe l'eau qui frissonneIl s'abandonneEt dans la pluieUn cygne meurt au ralentiSi tu t'en vas souviens-toiSouviens-toi que ma vie s'éteindra presque aussitôtLa solitude a toujours fait mourir les oiseauxSi tu t'en vas souviens-toiSouviens-toi que ma vie s'éteindra presque aussitôtLa solitude a toujours fait mourir les oiseauxIl glisse sans aileLes larmes du cielTombent sur ses ailesEt l'âme en peineSon corps basculeUn cygne est mort au crépusculeSi tu t'en vas souviens-toiSouviens-toi que ma vie s'éteindra presque aussitôtLa solitude a toujours fait mourir les oiseauxSi tu t'en vas souviens-toiSouviens-toi que ma vie s'éteindra presque aussitôtLa solitude a toujours fait mourir les oiseaux

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog