C'est moi la servante du châtieauJ'remplis les vases et j'vides les sieauxJ'manie l'balai et puis l'torchonJ'fais la pâtée pour les cochonsEt puis la soupe pour les patronsJ'ai pas deux pieds dans l'même sabotJ'ai d'la vaillance plus qui n'en fautIci qui c'est qui fait l'boulot ... c'est mouais.La baronne c'est une mijauréeQui est pas capable de surveillerC'est moi qui dirige la maisonJ'compte les bouteilles et les chaponsEt puis les liquettes du baronFaut avoir, comme dit Monsieur le Maire,Un œil au bal, l'autre au cimetièreQui c'est qui sue même en hiver ... c'est mouais.Faudrait pas croire qu'j'sois un laideronLes gars me courent au cotillonSi n'gardent point leurs mains dans leurs pochesMoi j'te leur refile une talocheMême le baron quand il s'approcheJe le chasse à grands coups d'plumeauJ'ai d'la vertue plus qui n'en fautQui s'ra la rosière du hameau ... c'est mouais.Quand Mademoiselle dans l'potagerFait la causette à son fiancéAussitôt je quitte mon torchonPour surveiller un peu c'qui fontJe sais qu'il a de bonnes façonsMais comme disait Monsieur not' curéChauffe un marron ça l'fait péterQui c'est qu'y a d'la moralité ... c'est mouais.Aux noces j'ai dit à mademoiselleFleur d'oranger craint pas la grèleL'évêque est v'nu bénir la fêteMais comme l'bedeau était pompetteC'est moi qui a porté les burettesL'soir quand les époux se sont retirésJ'avais d'la peine à les quitterQui c'est t'y qui les a bordé ... c'est mouais.Pour m'consoler j'ai été trinquerAvec Nicolas l'riche meunierOn a dansé sous les lampionsLe v'là qui tripote mon juponPour voir si c'est pas du cotonMoi je l'laisse faire, j'pense au moulinC'est quand y gèle qu'on cueille les coingsQui qu'aura l'homme, qui qu'aura l'grain ... c'est mouais.J'serais pas rosière mais j'serai patronneEt je me mettrai un chapeauPour faire visite à la baronneChangement d'herbage réjouis les veauxQui s'ra l'invitée du chateau ... c'est mouais !

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog