J'ai changé de pays,Soudain.J'ai de nouveaux amis.Bien.Mon piano rigoleEt fait des gammes.Ils croient que je suis folle :C'est triste, tu vois.Et j'ai des clownsPour m'amuser,Des amours facilesPour exister,Et des gens habilesPour m'épauler...Dans les grandes villes,Rien n'a changé.Mais à quoi ça me sert, si toute ma vieN'est qu'une étrange comédie.A qui donner l'onde d'un regardSi tout s'appuie sur le hasard.J'appelle un amour qui balance bien :L'amour que je cherche en vain...C'est le tien,Et c'est le mien.Et pour que j'aie un sourireSans limitesOn me donne d'étrangesMédecinesQui vont du jus d'orangeA la cocaïne.Dans les grandes villes,Rien n'a changé.Mais à quoi ça me sert, si toute ma vieN'est qu'une pauvre comédie.A qui donner l'onde d'un regardSi tout s'appuie sur le hasard.J'appelle un amour qui balance bien :L'amour que je cherche en vain...C'est le tien,Et c'est le mien.C'est le tien,Et c'est le mien.Je change de moraleQuand je suis toute seule chez moi.J'peux pas louer un papa, j'peux pas louer une mamanMais je sais aussi être immoraleQuand j'ai les yeux du hasard.C'est facile oh oui.Mais à quoi ça me sert, si toute ma vieN'est qu'une pauvre comédie.A qui donner l'onde d'un regardSi tout s'appuie sur le hasard.J'appelle un amour qui balance bien :L'amour que je cherche en vain...C'est le tien,Et c'est le mien.Je n'aime que toi,Je t'aime, je t'aime,Et je t'aimerai toute ma vie.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog