Dans les chansons d'avant-guerre,Celles de nos chanteurs des rues,Il fallait faire pleurer la France entière,Raconter des histoires vécues.Héros d'la classe ouvrière,De Jean Jaurès à Duclos,La mode était aux sanglots populaires,Plus tristes encore que les journaux.C'était toujours une pauvretteQu'avait pas d'papa d'mamanQu'un bourgeois séduisait à la sauvetteEt plaquait immanquablement.Elle se retrouvait fille-mère,Et comme de bien entendu,Pour échapper à sa triste misère,Elle allait se vendre à la rue.C'étaient de longs mélodramesQui finissaient crescendo,L'homme épuisé, le soir, battait sa femmeEt buvait sa paye au bistrot.Chansons révolutionnaires,Pavés d'la rue Damrémont,Le temps des c'rises sur un vieux limonaire,Sauver sa Patrie, sa Nation,Chansons des anniversaires,Un p'tit air d'accordéon,Pour faire guincher les Milou, les ProspèreDans un bougnat bois et charbon.Toutes les chansons populaires,Celles de nos chanteurs des rues,S'en sont allées rejoindre, à leur manière,Les brumes, comme de bien entendu.Héros d'la classe ouvrière,De Jean Jaurès à Duclos,Qui chaviraient le cœur de ma grand-mère,Joinville n'est plus au bord de l'eau.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir
Composição: Didier Barbelivien / Jean-Pierre Bourtayre / Michel Sardou. Essa informação está errada? Nos avise.

Posts relacionados

Ver mais no Blog