Pour aller à la PréfecturePrends la route numéro troisTu suis la file des voituresEt tu t'en vas tout droit, tout droit...C'est un billard, c'est une piste,Pas un arbre, pas une fleur,Comme c'est beau, comme c'est triste,Tu feras du cent trente à l'heureMais moi, ces routes goudronnées,Toutes ces routesMe dégoûtent,Si vous m'aimez, venez, venez,Venez chanter, venez flânerEt nous prendrons un raccourci :Le petit chemin que voici...Ce petit chemin... qui sent la noisetteCe petit chemin... n'a ni queue ni têteOn le voitQui fait troisPetits tours dans les boisPuis il partAu hasardEn flânant comme un lézardC'est le rendez-vous de tous les insectesLes oiseaux pour nous, y donnent leur fêtesLes lapins nous invitentSouris-moi, courons viteNe crains rien,Prends ma mainDans ce petit chemin !Les routes départementalesOù les vieux cantonniers sont roisOnt l'air de ces horizontalesQui m'ont toujours rempli d'effroi...Et leurs poteaux télégraphiquesFont un ombrage insuffisantPour les idylles poétiquesEt pour les rêves reposants...A bas les routes rabattuesLes tas de pierres,La poussièreEt l'herbe jaune des talus...Les cantonniers, il n'en faut plus ! ...Nous avons pris un raccourci :Le petit chemin que voici...Ce petit chemin... qui sent la noisetteCe petit chemin... m'a tourné la têteJ'ai poséTrois baisersSur tes cheveux frisés...Et puis surTa figureToutes barbouillée de mûres...Pour nous observer, des milliers d'insectesSe sont installés par dessus nos têtesMais un lièvre au passageNous a dit "Soyez sages !"Ne crains rienPrends ma mainDans ce petit chemin !

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog