Couchés dans le foin

Mireille


Il ne faut pas que je vous cacheQue j'eus toujours la sainte horreur des vaches.Dans ma famille, c'est un tort,Hélas ! le métier de toréadorN'a jamais été notre fort.J'aimerais mieux qu'on m'injurie,Qu'on me pende ou qu'on m'expatriePlutôt que de toucher un pis,Un pis de ma vie.Je suis ainsi, tant pisEt c'est dommage.La fille de la fermière est charmante et on a le mêmeâgePar bonheur pour les amoureux,Il est au grand air d'autres jeuxDes jeux que j'aime davantage.{Refrain:}Couchés dans le foinAvec le soleil pour témoinUn p'tit oiseau qui chante au loinOn s'fait des aveuxEt des grands serments et des vœuxOn a des brindill's plein les ch'veuxOn s'embrasse et l'on se trémousseAh ! que la vie est douce, douceCouchés dans le foin avec le soleil pour témoin.Vous connaissez des femmes du mondeQui jusqu'à quatre-vingts ans restent blondesQui sont folles de leur corps.Pour leurs amours il leur faut des décorsDes tapis, des coussins en orDe la lumière tamiséeEt des tentures iriséesEstompant sous leurs baisersDes appas trop usés,Eh bien tant pis,Mais c'est dommage.Quand on est vigoureux, quand on aime et qu'on a mon âgeTous ces décors sont superflusLes canapés je n'en veux plusJe ne fais plus l'amour en cageGardez, gardez vos éclairages.{Refrain}

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog