exibições 137

J'écoute Edith, sur un phonoPar hasard un disque en monoLa chanson est de Marguerite...Qui n'a pas connu GéminiNi les Minets, ni les mini-Jupes ou cerveaux qu'on nous débiteJe connais la chanson par cœurJe ne vois pas pourquoi j'ai peurSoudain d'apprendre quelque choseDe tragique et bête à la foisQui n'existait pas autrefoisQuand tu chantais "La vie en rose".Cela ne dépend pas de moiTu chantes de la même voixQue tu as gravée dans la cireLa chose est arrivée depuisChez les vivants qui t'ont conduiteOù l'on éclate plus de rire...En quoi cet instant de salutA deux refrains qui m'avaient pluPeut-il jeter en moi ce troubleQui me laisse désemparéComme si j'avais comparéDu Pommard avec du Chirouble...Edith, les enfants n'ont de toiQu'une image tenue parfoisDe myopes intermédiaires...Et ils ne sauront jamais plusCe que c'est que d'avoir perduSa lumière dans ta lumière...Que de t'avoir donné la mainOu le cœur un bout de cheminQue d'avoir effleuré ton rêve...Ils n'entendront que les échosDéformés de tous les bancosDe ton existence trop brève...On est libre étant cabotinD'améliorer son picotinAvec des revers de médaille...Chacun s'arrange à sa façon,Souviens toi de Reims, de SoissonsEt du cirque à tes funérailles...On force un peu plus simplementOn vend son papa sa mamanAvec plus ou moins d'aptitudesOn a du monde autour de soiCe n'est pas toujours avec joieQue l'on manque de rectitude.Heureux sont ceux qui ont brilléEdith, dans ton rêve éveilléC'est une merveilleuse histoireLorsque l'on a rien qu'une foisEut le droit de poser le brasSur la soie de ta robe noire...Tu n'as pas connu GéminiNi les minets ni le mini-Jupes ou cerveaux qu'on nous débiteMais tu chantes sur mon phonoPar hasard un disque en mono...La chanson est de Marguerite

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog