A huit heures pile, il entrait dans la classeComme d'autres montent à l'échafaudSous les fous rires les cris et les grimacesLe prof essuyait le tableauDans une odeur de cigarette blonde,Il essayait mais vainement,De démontrer que notre est rondeAux trois lèche-culs du premier rangSa vie n'était qu'une longue défaiteMais, cramponné à son bureauIl nous parlait sous une pluie de fléchettesDe la bataille de Waterloo...Les autres profs, ils étaient plutôt vaches,Ils nous piquaient nos mercredisIl fallait bien que jeunesse se passeAlors, on l'a passée sur luiQu'est ce qu'il a pris comme avions sur la têteD'accord Blériot, ça volait basExcusez-moi, mais j'avais l'âge bêteEt je l'ai encore quelquefoisOn se foutait comme de l'an quaranteDe ses ancêtres les GauloisC'était à qui serait le roi des cancresEt moi, j'étais souvent le roiUn beau matin, j'ai dû rendre mes billesAprès un dernier pied de nezJe suis parti voir la gueule de la vie...Il n'en avait jamais parlé.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog