Poil dans la main payé à rien foutreRegarder la poutre dans l'œil du voisinPoil dans la main payé à rien foutreRegarder la poutre dans l'œil du voisinQu'il est donc doux de rester sans rien faireTandis que tout s'agite autour de soiTouche à tout sauf à la moustiquaireTouche à tout juste bon à m'amadouerUn jour j'ai vu une chaisetoute seule sur le trottoirUne putain de belle chaise toute noire en ferAvec des lanières de plastique tenduesUne vraie chaise de bar à putesune chaise à l'état brutQui avait dû en voir et en recevoir des culsDes gros lourdingues à fessier mouDes p'tits malingres reserrés du trouOu des jolis voluptueux qui vous attirent le bout des yeuxPour mieux leur passer les menottesQu'il est donc doux de rester sans rien faireTandis que tout s'agite autour de soiPoil dans la main payé à rien foutreRegarder la poutre dans l'œil du voisinMais va savoir a c'moment-làJ'avais perdu le goût de m'asseoirEt d'amarrer ma solitudeMon cafard et mes habitudesA celles des piliers d'abreuvoirJ'en ai eu marre d'les voir s'écrouler sur eux-mêmesEn s'raccrochantà des histoires qui tiennent pas d'boutCes pt'titres histoires qui vous entrainentAu fil des heures des jours des soirs des s'mainesDe soirs pisseux en matins blêmesDirect au trouQu'il est donc doux de rester sans rien faireTandis que tout s'agite autour de soiTouche à tout sauf à la moustiquaireTouche à tout juste bon à m'amadouer

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog