Sur la chaise une robeRougeSur la vitre les arbres d'octobreBougentComme au cinéma le décorRessemble au drame que l'on joue...Une couleur vient sur ton corpsLe jour se lève sur ta joueJe te regarde endormieComme il fait beau sur toiQui ne veux plus être à moiMa femme mon ennemie...Hôtel des voyageursChambre cent-treizeVue sur jardinEt tous les soirs Monsieur MachinNous joue sa Polonaise...Hôtel des voyageursPour t'attendrirÇa t'a fait rireComm' nos amours les fleurs du murOnt perdu leur doré...Le vent jette une abeilleMorteJe voudrais que le vent de la veilleSorteQui a laissé dans cette chambreDes mots qui n'allaient plus ensemble...Au cinéma quand sont doublésDes amants dans un champ de bléIls sont aussi ridiculesQue nous sous la penduleLorsque je t'ai demandéDe ne pas m'abandonner...Hôtel des voyageursChambre cent-treizeVue sur jardinEt tous les soirs Monsieur MachinNous joue sa Polonaise...Hôtel des voyageursPour t'attendrirÇa t'a fait rireCe sont nos dernières vacancesAvant l'indifférence...La comédie finitLàIls restent ensemble et l'on n'applauditPasComme au cinéma les acteursRentrent chez eux même quand ils meurent...Les fleurs du mur et nos amoursTiennent malgré les déchiruresEt quand tu fais ta valiseTu y mets mes chemisesNous n'arriverons jamaisA nous quitter sur un quai...Hôtel des voyageursOù nos adieuxMême les plus tristesRessemblent à des saluts d'artisteA des saluts d'artiste...Hôtel des voyageursChambre cent-treizeVue sur jardinEt tous les soirs Monsieur MachinQui joue sa Polonaise...

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir
Composição: Jacques Datin / Jean-Loup Dabadie. Essa informação está errada? Nos avise.

Posts relacionados

Ver mais no Blog