exibições 103

Chanson pour Félix

Ferland Jean-Pierre


Quand Dieu le PèreA fait son testamentIl a donné à chacun de ses enfantsUn bon coup de guitareDeux belles phrases riméesEt puis il nous a dit.ChantezAllez, chantez!Je ne suis pas jaloux de vousEt plus vous direzPlus ce sera sur nousEt puis il s'est assisDans le plus beau champDe l'Île d'OrléansApprochez!Mesdames et messieursVisitez l'Île d'OrléansDes beaux sous-bois,Des vrais champs de milUn veau qui tèteUn fil de chenilleLa rivière coule un peu moins gros qu'avantEt la montagne a baissé avec le tempsMais dans deux mille ansY aura pas de cimentÀ l'Île d'OrléansApprochez!Mesdames et messieursVisitez l'Île d'OrléansAu fond à droit dans la clairièreLa belle maison de Félix LeclercAu fond à gauche sur le petit coteauLe bungalow de Gilles VigneaultAu fond de la cour, Charles AznavourAu bord du pré, Léo FerréVers le ruisseau, Gilbert BécaudDe l'autre côtéLa porte qui grinceC'est celle de la grange de Georges BrassensApprochez! Approchez!Recueillons-nousÉcoutons-les chanter

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog