C'est dur à dire qui vient le premierLe mois de mai ou les ExposMais quand la fièvre arriveIl commence à faire très beauÇa sent bon dans les estradesLe houblon et la moutardeLes hommes en bras de chemiseLes femmes à demi assisesOn ressent l'adrénalineJusqu'à la rue Ste-CatherineLe beau son d'une balle rondeFrappée d'aplomb par un bâtonLe beau son d'une balle dureFrappée d'aplomb dans les balconsLe lanceur touche à sa caquetteLe stade devient tout petitLe bâton comme une allumetteLa balle comme un grain de pluieCarter en petit bonhommeSteve Rogers qui prend sa balleL'arbitre en habit de noceComme aux temps qu'on était gosseÇa sent bon dans les estradesQuand les Expos rentrent au StadeLe beau son d'une balle rondeFrappée d'aplomb par un bâtonLe beau son d'une balle dureFrappée d'aplomb dans les balconsOn n'entend rien, on agoniseLes mains rivées sur le bâtonQuand on a trois balles et deux prisesLe sable fuit sous les cramponsLe beau son d'une balle rondeFrappée d'aplomb par un bâtonLa voir partir autour du mondeAvec le génie d'un pigeonLe beau son d'une balle rondeFrappée d'aplomb par un bâtonLe beau son d'une balle dureFrappée d'aplomb dans les balconsLe beau son d'une balle rondeFrappée d'aplomb par un bâtonLe beau son d'une balle dureFrappée d'aplomb dans les balcons

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog