Rien qu'un enfant tristeQui sait qu'il existe,Un navire ancré dans le cielQui vit dans l'ombre du soleil,Une table mise au centre d'une vie nouvelle.Un jardin désert,Une ville en verreQu'elle lui couvre les épaules,A cheval sur un tas de tôles,Qu'elle soit pour lui, la vue, la vie et la parole.Un escalier vide.Son sang se vide.Dans une cage on le glisse.Les murs sont blancs, les murs sont lisses.Qu'il ferme les yeux, qu'il meure en l'annéeDeux-mille-huit-cent-soixante-dix.Rien qu'un enfant tristeQui sait qu'il existe,Un navire ancré dans le cielQui vit dans l'ombre du soleil,Qui n'entendra jamais l'appelDe vie, de mort ou de détresse.Une tour immense,Le froid, le silence,Des cris de haine et de vengeance,Le navire qui se balance,Un million d'années lumière plus loinQu'un enfant triste sans défense.Rien qu'un enfant tristeTombé sur la pisteQui mène en haut de l'édifice,La peau tendue, le ventre lisse,Qu'il ferme les yeux, qu'il meure en l'annéeDeux-mille-huit-cent-soixante-dix.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog