On passe au bord d'une grande cheminéeDe brique et de pierre.La pluie la neige se sont mises à tomberSur les manteaux d'hiver.Plus moyen de voir autre chose que la misèreDans cette ville de hasard et de parkings déserts.Les enfants des îles qui dansent sous la lumière,Sous la grande lumièreDes parkings déserts,OùReviennentTraîner le long des épavesLes chevelures sans foulardDans filles grandies trop tardQui s'endorment sur le sol,Dans les caves, les entresols,Revivant toujours l'histoirePrises par les gamins du square.{Refrain:}Mon dieu, montrez-vous quand même,Le jour des communions, des baptêmes.Bénissez les robes blanchesQue les souillures un jour balayerontComme une avalanche.On passe au pied d'une grande tour carréeAvec ses miradors.La pluie, la neige se sont mises à tomber.On y pense encore.C'est là qu'on a vécu et, de toute manière,Les enfants des îles étaient tous nos frèresEt qu'on le veuille ou non, on n'peux plus s'en défaire,Sous la grande lumièreDes parkings désertsOùReviennent,Comme des chats tombés d'une gouttière,Les visages tristes et sans paupièresDes enfants qui jettent des pierres.{au Refrain}Et la nuit, dans les draps,La seule chose qu'on n'veux pasEt qu'on craigne encore,Mais qui nous glace d'effroi,C'est banlieue nord.On a beau tout faire,Quand on remue la terreEt ça bouge encore.C'était banlieue nordEt ça saigne encore.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog