Un jour, finir pêcheurParce que ça grandit l'homme.Heureux comme ça,Pas gagner plus d'argent.Le matin, me lever,Pas connu, pas guetté,Parce que ça fait mal,Ça fait mal a l'homme,La célébrité.Finir dans l'eau salée,Juste savoir compter,Vider le sablierEt puis tout oublierParce que ça grandit l'homme,De vivre sans parler,Vivre sans parolesEt d'apprendre à se taire,Regarder sans voirLes enfants qui dansentAu bord du miroir.Mais c'est toujours trop loin,Toujours dans le noir,Inaccessible,Pareil au cœur de la cible.Un jour, finir pêcheur,Que personne s'en souvienne,L'écrive ou le dise,Vider sa valiseEt brûler les journaux,Les tapis, les photos,Sans rien vouloir apprendrePour que les enfants sachentQu'on va quelque partQuand on oublie tout,Qu'on oublie les coups,Qu'on déplie, qu'on secoue,Que la folie s'attrape,Qu'on déchire la nappe,Maladie tout à coupQue tu portes à ton couComme un collier de fleurs,De larmes et de couleurs.Un jour, finir pêcheur,Mollusque divin,Peau de parchemin.Mais c'est toujours trop loin,A portée de la main,Inaccessible,Pareil au cœur de la cible.Un jour, finir pêcheur,Tuer le mal de l'homme,Se libérer de tout,Prendre dans la merLes coraux, les vipères,Et tout ça dans la main,Sans lumière et sans gazEt sans barbe qu'on rase,Un jour, finir pêcheur,Avaler le compteur,Regarder sans voirLe calendrierQui tombe en poussière.Qu'elle est loin, la terre.Qu'elle est loin, la terre.Le calendrierQui tombe en poussière.Qu'elle est loin, la terre.Qu'elle est loin, la terre.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog