Nous avons des vies monotones,Rien dans le cœur, rien dans la main.Comme on ne dit plus rien à personne,Personne ne nous dit plus rien.Nous avons des vies monotones,Des maisons vides et fermées,Des portes lourdes et blindéesQue n'ouvriront plus jamais personne.Mais comme il faut bien qu'on vive,S'asseoir avec le même convive,C'est pas le festin qu'on croyait,Pas de fusée, pas de vin, pas de sorbet,Y a plus qu'à tirer la nappe à soi,Continuer chacun pour soi.Nous avons des vies monotones,Rien dans le cœur, rien dans la main,Comme on n'attend rien de personne,On n'a plus réponse à rien.Nous avons des vies monotones,Entourés d'hommes et de chiens,Ceux qui mangent dans notre main,Ce sont ceux-là qu'on abandonneMais comme il faut bien qu'on viveCe soir avec le même convive,C'est pas la fête qu'on croyaitOù sont les lumières qui brillaient.Y a plus qu'à tirer la nappe à soi,Continuer chacun pour soi.Nous avons des vies sans mélangeQui s'en iront de tous côtés,Raides et droites comme une plancheSur l'océan de pauvreté.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog