Je suis né dans un monde austère,Plus lugubre qu'un monastèreOù être en vie, c'est être à naître,Tout connaître.Il parait que c'est par iciQue vit le Mahatma, le maître.Peut-on le toucher, le connaître,N'est-il qu'hérésie ?On croit toucher du doigt le paradis.On en sort abimé, on en sort sali.Gardez vous des honneursDe ce monde-ci,De l'éclatDe ce monde-là.Je me suis armé d'un coutelas,D'une lame à double tranchant.Cette douleur, écoute-la,Ecoute son chant.Je veux qu'on m'amène ici-basLa vérité et son contenu.Cette phrase trop longtemps tenue"Personne ne m'aime"On croit toucher du doigt le paradis.On en sort abimé, on en sort sali.Gardez vous.Je me suis armé d'un coutelas.Cette douleur écoute-la.Comédie.On croit toucher du doigt le paradis.On en sort abimé, on en sort sali.Gardez vous des honneursDe ce monde-ci,De l'éclatDe ce monde-là.Gardez vous de la nuitQui règne ici-basDe l'éclat de ce monde.

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog