La mort est passée ce soir-làPour prendre un gosse de quinze ansPour le serrer dans ses grands brasEt l'étouffer avec sa robe de jacinthesLa mort a couché ce soir-làDans un lit d'une belle fillePour une étreinte d'une foisEt n'a laissé que cendre froide et sans parfumQue tu es impatiente, la mortOn fait le chemin au devant de toiIl suffisait d'attendreQue tu es impatiente, la mortLa partie perdue, tu le sais déjàTout recommenceraLe soleil sur l'eauTu n'y peux rienL'ombre d'une fleurTu n'y peux rienLa joie dans la rueLes fraises des boisUn sourire en maiTu n'y peux rienUn valse valseTu n'y peux rienUn bateau qui passeTu n'y peux rienUn oiseau qui chanteL'herbe du fosséEt la pluie si lasseTu n'y peux rienLa mort est revenue ce soirAvec sa robe d'iris noirsLa mort est revenue chez moiOn a frappé.. Ouvrez la porte... La voilàElle brûlait comme une lampeDans une nuit près de la merElle brûlait comme un feu rougeA l'arrière d'un camion sourd sur les cheminsQue tu es impatiente, la mort...

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog