Je n'vous écris pas de BrestNi de Prague ni de MadridMoi je vous écris de FranceDe l'hôpital de VillejuifÇa va bientôt faire dix annéesQu'on me cache dans un coinQu'on vient me jeter la pâtéeDans ma chambre chaque matinJe ne sais pas ce que j'ai bien pu fairePour être mis à la fourrièreA la fourrière des humainsQu'est-ce que je fais en pyjamaA tourner entre ces murs blancsAppeler qui, implorer quoiD'où je suis personne ne m'entendToutes mes peines sont peines perduesJe vis mais ça ne compte plusPuisqu'ils m'ont rayé des vivantsJe n'vous écris pas de BrestNi de Prague ni de MadridMoi je vous écris de FranceDe l'hôpital de VillejuifIls peuvent me piquer la peauEt me sangler à mon litJ'entends toujours mille marteauxRésonner dans mes insomniesJe vois toujours des foules défoulerDes mains et des portes fermerJe ne trouve plus la sortieJ'ai pourtant dû être un enfantMoi aussi j'ai dû courirAprès des chiens, des cerf-volantsSi je pouvais y revenirMais je ne sais plus où dans quelle banlieueJ'ai semé les cailloux qui meRamènerait à ce jardinJe n'vous écris pas de BrestNi de Prague ni de MadridMoi je vous écris de FranceDe l'hôpital de Villejuif

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog