Ça passera, ça finiraComme le printemps, l'amourEt le bossa-nova, ça finiraFinira, finira, finiraBien par partir, bien par mourirCette terrible maladieQue j'ai de tout acheter à créditCrédit, crédit, créditV'là que j'm'habille de la tête aux piedsEt que je m'offre une automobileSans avoir de quoi la payerJ'agite la maison et le puitsEt pendant qu'on est dans le sujetMettez-moi la montagne aussiÇa passera, ça finiraCes nuits entières sans dormirÀ se demander comment couvrirCouvrir, couvrir, couvrirLe frigidaire, la cuisinièreL'appareil de télé et le cercueil de l'oncle GastonGaston, Gaston, GastonÇa passera, ça finiraCes désagréables maniesDe tous ces vendeurs à créditJe reprends ma chaise, je reprends mon litEt pour ce qui est de la vaisselle anglaiseVous n'avez que jusqu'à lundi midiÇa passera, ça finiraMais en attendant ce jour-làIl faut arrondir la fin du moisDu mois, du mois, du moisMe v'là reparti via le créditLe coup de la vie n'a rien comprisAu coup de la mienne et c'est tant pis pour moiPour moi, pour moi, pour moiÇa passera, ça finiraEt ce jour-là vrai comme t'es làJe te paierai une de ces javasOn fera le tour du monde en bateauJe t'offrirai les plus beaux cadeauxPayés comptants ou autrementÇa recommencera, tout comme avantDix sous comptant, dix sous tout le tempsEt plus que j'achète et plus que tu reprendsAu fond je m'inquièteMais c'est la même chose pour tout le mondeLesquels d'entre-vous n'ont pas de dettes?Levez la main!Vous me consolez, vous me rassurezÇa fait du bien de savoir qu'on est deuxÀ tirer le diable par la queue!

Enviar Tradução Adicionar à playlist Tamanho Cifra Imprimir Corrigir

Posts relacionados

Ver mais no Blog